Les oracles du souffle (2020)

 à François Veilhan

Editions Jobert

Dès le début de ce projet d’écriture, j’ai voulu lui donner deux dimensions
apparemment opposées.

– Répondre à ce à quoi la flûte basse invite, en écrivant une pièce intimiste, comme
une confidence, pour une écoute de proximité, totalement acoustique.

– Et proposer une autre version, amplifiée et spatialisée, permettant une approche très
différente du texte qui, comme son titre l’indique, s’attache à tenter de décrypter ce
que nous dit le souffle générateur du son.
Cette deuxième lecture cherche à opposer des plans sonores en profondeur (proche-
lointain), latéralement (gauche-droite) ou giratoires.

Le jeu spatial sur le son est ancien. Il était déjà pratiqué à Saint-Marc de Venise vers
1600 par Giovanni Gabrieli… Il est pour moi devenu un paramètre compositionnel
essentiel y compris pour l’écriture de plusieurs oeuvres purement instrumentales.

Dans l’Antiquité, les oracles constituent un aspect fondamental de la culture grecque.
L’oracle est la réponse donnée par un dieu que l’on a consulté. Cette réponse est
apportée via des intermédiaires, dans des lieux précis, sur des sujets déterminés et
dans le respect de rites rigoureux : la prise d’oracle s’apparente à un culte.
Traduire les réponses peut nécessiter un apprentissage. L’oracle réclame souvent une
médiation voire une interprétation …comme une œuvre musicale.

D.L.

Fermer le menu